2 euro IRLANDE 2016 - 100 ans de l'insurrection de Pâques 1916
2 euro IRLANDE 2016 - 100 ans de l'insurrection de Pâques 1916
  • Charger l'image dans la galerie, 2 euro IRLANDE 2016 - 100 ans de l'insurrection de Pâques 1916
  • Charger l'image dans la galerie, 2 euro IRLANDE 2016 - 100 ans de l'insurrection de Pâques 1916

2 euro IRLANDE 2016 - 100 ans de l'insurrection de Pâques 1916

Prix normal
€4,50
Prix réduit
€4,50
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.

La partie interne de la pièce représente la statue d’Hibernia sur le toit du GPO Le General Post Office à Dublin est le siège de l'Office postale irlandaise où elle a été témoin des événements de 1916 et d’où elle a pu observer la croissance d’une nation. Dans la partie supérieure l’inscription « HIBERNIA », de chaque coté de la statue, la date anniversaire « 1916 » et « 2016 », dans la partie inférieure le nom du pays émetteur « EIRE »et la date émission « 2016 ».

Les douze étoiles de l’Union européenne sont représentées dans l’anneau extérieur de la pièce.

Tirage : 4 500 000 exemplaires

Pièces neuves UNC - vendues sous sachet individuel

La monnaie représente la statue d'Hibernia, allégorie de l'Irlande, sur le toit de la Poste centrale de Dublin, qui servit de quartier général à l'insurrection. Derrière la statue, des rayons de soleil pour symboliser le soulèvement, la proclamation et la naissance d'une nouvelle nation.

L’insurrection de Pâques, fait référence à une révolte irlandaise, qui s’est déroulée à Dublin en avril 1916. Aussi appelée « les Pâques sanglantes », elles ont été organisées par des groupuscules armés républicains et nationalistes, souhaitant chasser les britanniques d’Irlande.

En août 1914 a éclaté la Grande Guerre. Le Premier ministre britannique Lord Asquith convainc les Irlandais des deux camps, nationalistes et loyalistes, de mettre une sourdine à leur différend jusqu'à la fin du conflit. Il fait d'autre part avaliser le texte du "home rule" (autonomie de l'île) par le roi Georges V avec la promesse d'un amendement concernant l'Ulster. Dès le début du conflit européen, les Irlandais se portent massivement volontaires dans l'armée britannique pour combattre les Allemands. Au total 200 000 environ. Mais quelques extrémistes du Sinn Fein nationaliste et de l'IRB (Irish Republican Brotherhood) préfèrent appliquer l'adage : « England's difficulty is Ireland's opportunity » (Les difficultés de l'Angleterre sont des occasions à saisir pour l'Irlande). Ces hommes forment ce que l'on appellera un peu plus tard l'Irish Republican Army (IRA).

Ils occupent plusieurs bâtiments stratégiques au centre de Dublin, dont la Poste, l'Hôtel de ville, le Palais de Justice et des gares, et déploient le drapeau tricolore au-dessus de la Poste. L'armée britannique amène de l'artillerie lourde et bombarde consciencieusement le centre de Dublin. Après cinq jours de résistance, les insurgés capitulent sans conditions. Bilan humain : une soixantaine de morts parmi les insurgés, une centaine parmi les assaillants et plus de deux cents parmi les civils, environ 3 000 arrestations. Un Conseil de guerre condamne à mort tous les meneurs (James Connolly, blessé, doit être calé contre une chaise pour être fusillé comme il convient). Parmi les condamnés à mort figure John MacBride dont le fils, Seán MacBride, deviendra Premier ministre de la République d'Irlande avant de fonder Amnesty International et d'obtenir pour cela le Prix Nobel de la Paix en 1974.