LOUIS-PHILIPPE I (1830/1848) - 1/4 Franc 1836 A, Paris
LOUIS-PHILIPPE I (1830/1848) - 1/4 Franc 1836 A, Paris
LOUIS-PHILIPPE I (1830/1848) - 1/4 Franc 1836 A, Paris
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS-PHILIPPE I (1830/1848) - 1/4 Franc 1836 A, Paris
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS-PHILIPPE I (1830/1848) - 1/4 Franc 1836 A, Paris
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS-PHILIPPE I (1830/1848) - 1/4 Franc 1836 A, Paris

LOUIS-PHILIPPE I (1830/1848) - 1/4 Franc 1836 A, Paris

Prix normal
€29,00
Prix réduit
€29,00
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.

A/LOUIS PHILIPPE I ROI DES FRANÇAIS. Tête laurée à droite signée DOMARD F.

R/1/4 FRANC  au centre d’une couronne de branches de laurier et d’olivier nouées par un ruban.

Argent 900‰ - 15 mm - 1.25g - G.355- F.166/59


Le prince Louis-Philippe d'Orléans est né le 6 octobre 1773 à Paris. Il est mort le 26 août 1850 à Claremont en Angleterre où il s'est exilé. Fils de Louis-Philippe Joseph (aussi connu sous le nom de Philippe Égalité), Louis-Philippe reçoit une éducation relativement stricte, sous l'autorité de Mme de Genlis. D'abord attiré par le camp révolutionnaire, il est contraint, au lendemain de la défaite de Neerwinden (18 mars 1793), de s'allier à l'ennemi. Refusant toutefois de combattre, il s'exile en Suisse et devient enseignant sous le nom de Chabaud-Latour. Suivent alors de nombreux voyages en Allemagne, en Scandinavie, en Amérique puis en Angleterre. Son mariage avec Marie-Amélie (1809) l'amène finalement à Naples, auprès de son beau-père et cousin, Ferdinand IV.

La Restauration lui permet quelques années plus tard de rejoindre la France. Louis-Philippe bénéficie alors d'un héritage familial colossal. Au fil du temps, il s'entoure de personnages influents de la bourgeoisie. C'est ainsi qu'en juillet 1830, malgré sa neutralité, il est porté au pouvoir. Il est ainsi proclamé roi des Français le 7 août et organise alors son règne, la "monarchie de Juillet". S'appuyant sur une politique pacifiste, il perd peu à peu la confiance du peuple. La conquête de l'Algérie ne permet pas d'apaiser les tensions. Finalement, le conservatisme de Guizot envenime davantage la situation et aboutit à la révolution de 1848. Louis-Philippe Ier abdique le 24 février et termine ses jours en Angleterre où il décède en 1850.