LOUIS XIV (1643/1715) - 10 SOLS aux insignes - 1706 T, Nantes
LOUIS XIV (1643/1715) - 10 SOLS aux insignes - 1706 T, Nantes
LOUIS XIV (1643/1715) - 10 SOLS aux insignes - 1706 T, Nantes
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS XIV (1643/1715) - 10 SOLS aux insignes - 1706 T, Nantes
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS XIV (1643/1715) - 10 SOLS aux insignes - 1706 T, Nantes
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS XIV (1643/1715) - 10 SOLS aux insignes - 1706 T, Nantes

LOUIS XIV (1643/1715) - 10 SOLS aux insignes - 1706 T, Nantes

Prix normal
€49,90
Prix réduit
€49,90
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.

A/LVD. XIIII. D. G. FR. ET. NAV. REX. Buste à droite.

R/DOMINE SALVVM FAC REGEM. Deux insignes cantonnés de trois lis et d'une couronnelle.

Argent 798‰ - 23 mm - 2,93g - G.133 - Dy.1566 

Au début de l’année 1706, la situation militaire du royaume de France et de ses alliés semblait s’éclaircir. Sur le Rhin, Villars venait de dégager le Fort Louis. En Flandre, le duc de Villeroy disposait d’une puissante armée destinée à contrer les projets offensifs du duc de Marlborough. Pendant ce temps-là, les troupes françaises devaient porter leurs coups principaux au sud : en Catalogne, en prenant Barcelone où l’archiduc Charles, prétendant Habsbourg au trône d’Espagne, s’était enfermé ; en Italie surtout, où les positions du duc de Savoie, de plus en plus précaires, paraissaient annoncer une défaite imminente. Le spectre du désastre de Blenheim semblait s’estomper.

Tous ces espoirs furent anéantis par l’improbable succession de déconvenues militaires de 1706 – annus horribilis considérée à Vienne, Londres et La Haye comme une annus mirabilis : la défaite de Ramillies et la perte du Brabant, l’échec du siège de Barcelone et l’abandon de Madrid, la défaite enfin sous les murs de Turin. De toutes ces débâcles, c’est cette dernière qui paraît la plus incroyable. En effet, les armées alliées de France et d’Espagne tenaient solidement les principales places d’Italie. Le seul objet de leur campagne était de s’emparer de Turin, afin d’être définitivement maîtresses du Piémont. Le duc de Savoie, qui était resté leur seul adversaire dans la région, ne pouvait défendre sa capitale qu’avec des moyens très limités. Il était réduit à attendre les secours de l’armée impériale, conduite par le prince Eugène. Mais cette armée venait d’être battue à Calcinato, en avril 1706, et elle avait dû se retirer derrière l’Adige. Mais le prince Eugène réussit, par son audace inouïe, en moins de quatre mois, à traverser toute l’Italie du Nord pour venir battre les Français sous les murs de Turin.