LOUIS XV (1715/1774) - 1/20 ECU à la vieille tête 1779 A, Paris - Frappe posthume
LOUIS XV (1715/1774) - 1/20 ECU à la vieille tête 1779 A, Paris - Frappe posthume
LOUIS XV (1715/1774) - 1/20 ECU à la vieille tête 1779 A, Paris - Frappe posthume
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS XV (1715/1774) - 1/20 ECU à la vieille tête 1779 A, Paris - Frappe posthume
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS XV (1715/1774) - 1/20 ECU à la vieille tête 1779 A, Paris - Frappe posthume
  • Charger l'image dans la galerie, LOUIS XV (1715/1774) - 1/20 ECU à la vieille tête 1779 A, Paris - Frappe posthume

LOUIS XV (1715/1774) - 1/20 ECU à la vieille tête 1779 A, Paris - Frappe posthume

Prix normal
€120,00
Prix réduit
€120,00
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.

A/LUD. XV. D. G. FR. - ET NAV. REX. Tête laurée à droite.

R/SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM. Ecu de France ovale couronné, entre deux branches d'olivier.

Argent 917‰- 17 mm - 1,46 g - G.351. L4L.545. Dy.1713

Pourquoi une frappe posthume ?

Cours légal 6 sols tournois, fabriqué conformément à l'édit d'août 1768 et l'arrêt d'octobre 1770. Les nouvelles matrices à l'effigie de LOUIS XVI n'étant pas prêtes, le Roi, par lettres patentes du 22 août 1779, autorisa l'atelier de PARIS , en raison du manque de petite monnaie, à se servir des poinçons encore existants à l'effigie de Louis XV. Seul le millésime fut changé.

A noter que dans un article (Archéonumis, mars 1974), Henri Petit reprend une communication faite devant la SFN par M. Béranger en février 1918 d'où il ressort que cette étrange émission posthume était destinée à une expédition espagnole en Angleterre qui s'en serait servie comme monnaie d'occupation... Faute de mieux, on frappa donc précipitamment ces pièces à l'ancienne effigie qui furent finalement versées dans la circulation en France dans l'indifférence générale.