LUCILLE (182) SESTERCE, 164/166, Rome
LUCILLE (182) SESTERCE, 164/166, Rome
LUCILLE (182) SESTERCE, 164/166, Rome
  • Charger l'image dans la galerie, LUCILLE (182) SESTERCE, 164/166, Rome
  • Charger l'image dans la galerie, LUCILLE (182) SESTERCE, 164/166, Rome
  • Charger l'image dans la galerie, LUCILLE (182) SESTERCE, 164/166, Rome

LUCILLE (182) SESTERCE, 164/166, Rome

Prix normal
€110,00
Prix réduit
€110,00
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.

A/LVCILLIAE AVG ANTONINI AVG F. Buste drapé à droite.

R/CONCORDIA SC. La Concorde assise à gauche, tenant une patère et une corne d’abondance.

Bronze - 31 mm - 24.23g - C.11 - RIC.1732

Lucille (7 mars 149-182), de son nom complet Annia Aurelia Galeria Lucilla, est la seconde fille de l'empereur Marc Aurèle et de l'impératrice Faustine la Jeune. Une des sœurs aînées de Commode.

En 164, elle épouse l'empereur Lucius Verus (co-empereur avec Marc Aurèle) et reçoit le titre d'Augusta. Pour ce mariage elle se déplace jusqu'à Éphèse, Vérus se trouvant en Orient pour mener la guerre parthique. Par ce mariage et ce voyage Marc Aurèle réaffirmait la concorde des deux empereurs, en même temps qu'il espérait peut-être modérer les ardeurs de la cour très fastueuse qui s'était créée autour de Vérus à Antioche. Les thèmes de la propagande impériale insistèrent alors sur la concorde des empereurs et la joie (hilaritas) suscitée par le mariage.

Ils ont une fille en 166, Aurelia Lucilla, qui par la suite épousa Claudius Pompeianus Quintianus, neveu du second mari de Lucille.

A la mort de Lucius Verus en 169 elle épouse Claudius Pompeianus et conserve le titre d'Augusta. D'après diverses sources Lucille accepte ce mariage à contre-cœur, Pompéianus n'étant pas d'une vieille famille sénatoriale. Elle a cependant au moins un fils de lui.

En 182, elle est mêlée à un complot destiné à éliminer son frère Commode, mais sans succès. Cela témoigne cependant de l'implication large du groupe familial, et en particulier des princesses dans la politique impériale, annonçant peut-être des phénomènes plus visibles sous les Sévères. Démasquée, Lucille est bannie à Capri, et assassinée la même année, alors qu'une vaste purge touchait ses proches et les milieux sénatoriaux, entamant une longue confrontation entre Commode et le Sénat.