NAPOLEON I (1804/1814) - 1 FRANC au revers EMPIRE - 1813 A, Paris
NAPOLEON I (1804/1814) - 1 FRANC au revers EMPIRE - 1813 A, Paris
NAPOLEON I (1804/1814) - 1 FRANC au revers EMPIRE - 1813 A, Paris
  • Charger l'image dans la galerie, NAPOLEON I (1804/1814) - 1 FRANC au revers EMPIRE - 1813 A, Paris
  • Charger l'image dans la galerie, NAPOLEON I (1804/1814) - 1 FRANC au revers EMPIRE - 1813 A, Paris
  • Charger l'image dans la galerie, NAPOLEON I (1804/1814) - 1 FRANC au revers EMPIRE - 1813 A, Paris

NAPOLEON I (1804/1814) - 1 FRANC au revers EMPIRE - 1813 A, Paris

Prix normal
$261.11
Prix réduit
$261.11
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.

A/NAPOLEON EMPEREUR. Tête laurée à droite.

R/EMPIRE FRANÇAIS. 1 / FRANC dans une couronne de laurier.

Argent 900‰ - 23 mm - 5,00g - G.447. F.205/57

superbe exemplaire avec patine uniforme

Le 2 décembre 1804, Napoléon Bonaparte, général glorieux des armées de la Ire République, consul depuis le coup d'État du 18-Brumaire an VIII (9 novembre 1799) et consul à vie depuis 1802, se fait sacrer par le pape Pie VII Empereur des Français, sous le nom de Napoléon Ier. Il met alors en place un régime extrêmement centralisé, despotique, tout entier ordonné autour de sa personne. Le pouvoir de l'Empereur repose d'abord sur sa popularité, savamment mise en scène, confortée par le prestige de la Grande Armée et les nombreuses victoires militaires que celle-ci remporte dans toute l'Europe. L'Empire atteint ainsi son apogée en 1810. Même s'il exporte, hors des frontières, certains des idéaux de la Révolution française, Napoléon, qui a depuis longtemps supprimé en France les libertés démocratiques, a désormais renoué avec le cérémonial monarchique, créant en particulier une nouvelle noblesse. Mais les coalitions répétées des grands États européens ont finalement raison de l'Empereur des Français. Défait en 1814, il doit abdiquer et s'exiler. Il reprend néanmoins le pouvoir en 1815, pendant les Cent-Jours, mais est à nouveau acculé à la défaite, à la bataille de Waterloo.